Dernière étape jusqu’à Angers

Que c’est agréable de prendre le petit déjeuner dehors au soleil au camping. Les filles se délectent de leurs tartines. Nous prenons notre temps pour ranger et profiter du lieu.

Nous longeons la Loire rive droite sur un chemin au pied de la levée. Les vues sur le fleuve sont très jolies. A certains endroits on passe à côté de bras asséchés. On a l’impression que la Loire a disparu. Les effets de la sécheresse ?

Nous assistons également à notre première exposition de peintures à vélo. Plus d’une vingtaine de toiles sont posées au bord du chemin avec des styles très différents selon les artistes locaux.

Nous arrivons enfin à Pont-de-cė près d’Angers dans un camping 2 étoiles comme on les aime. Un bloc sanitaire tout simple mais propre, un terrain ombragé aux bords des champs et de rivière, de nombreux jeux pour enfants à disposition, d’autres cycles avec qui on discute… pour le prix de 17,50 € la nuit. Lénaelle a trouvé une copine et s’éclate à jouer dans le camping. On assiste à un concert de chansons françaises. Mais le chanteur est un peu bizarre quand même. Notre parcours s’arrête après 250 kms. Pas de difficultés majeures. Une petite chute pour Salomé sans gravité. Des marques de bronzage style « short cycliste » tout à fait saillants.

Coteaux et compagnie

Ce matin direction saumur. Nous prenons le temps du petit déjeuner au camping et discutons avec un couple de grands parents qui vont dans le même sens que nous avec Malo leur petit fils de 6 ans qui pédale tout seul ses 20 km par jour.

Nous nous élançons sur un des plus beaux tronçons du parcours qui alterne bords de Loire et de Vienne, troglodytes et coteaux parsemés de vignobles. On est dans le secteur saumur-champigny.

Les 14 kms dans les coteaux entament le moral des 2 grandes surtout qu’elles avaient plutôt choisi l’option « bords de Loire ».

Mais cela vaut le détour même si le panorama nous montre des choses moins bucoliques : la centrale nucléaire de Chinon, 1ère centrale construite en France en 1957. Quelle aberration française ! En plus c’est moche.

Nous atteignons le château de Saumur mais Salomé et Marjane veulent s’arrêter là.

Renseignements : pris un camping complet et un autre à 53 euros la nuit alors qu’habituellement c’est 17 ou 20 euros la nuit. Après une glace qui requinque le moral des filles (et oui cela tient a peu de choses), on décide de pousser 10 km de plus côté rives droite où nous arrivons finalement vers 19h le soir à saint-martin-de-la-place dans un camping super mignon avec une vue superbe sur la loire. Malgré les 200 km au compteur depuis le départ Salomé nous refait le coup de demander de faire une petite balade du soir à vélo en bords de Loire après avoir monter la tente. Marjane veut jouer au badminton et au ping pong. Lenaelle fait de la balançoire. Comme quoi c’est que ça va.

Le château de Langeais

Petite journée de vélo aujourd’hui pour pouvoir bien profiter de la visite du château de Langeais dont on nous avait vanté les mérites à Tours.

Et effectivement on n’a pas été déçu : une visite commentée, des spectacles et une mise en scène mettant en fonction le pont levis, comme jadis

Tout ça sous un beau soleil et une belle température. …Il ne nous restait plus après qu’à reprendre notre chemin

Et rejoindre notre camping de rigny-Ussė… Où la solidarité entre cyclotouristes s’organise le temps d’une journée. 3 prises électriques pour une douzaine de campeurs en tente c’est pas suffisant. Heureusement il y en a qui ont de grosses multiprises. Et hop 8 téléphones sur 2 prises.

Salomé assure le train

Salomé ne se plaint pas. Elle roule, elle roule….Plutôt derrière à assurer le train mais sûrement. 50 kms dans les pattes aujourd’hui. « J’adore les routes de vélos comme la loire à vélo parce que je pars dans ma tête et m’imagine des histoires. » En tout cas, elle avance à son allure mais répond présente !

Après le passage de Tours où nous avons vu un super nichoir de compétition

nous découvrons avec plaisir les bords du Cher, entre campagne et rivière bien paisible.

Nous campons à Savonnieres à la confluence de la Loire et du Cher.

Et comme cela n’a pas suffit aujourd’hui, les filles s’amusent avec d’autres enfants cyclotouristes à faire des gendarmes voleurs à vélo. On ne se refait pas décidément.

Vents contraires jusqu’à Amboise

Encore 25 km parcourus aujourd’hui mais avec vent de face tout du long ça compte pas pareil. Nous avons fait route qq km avec un couple et leur bébé de 7 mois avec le même tandem que nous et une carriole. Partis depuis 2 semaines depuis Nevers leur objectif arriver jusqu’à Saint nazaire.

Nous sommes arrivés en début d’après midi à Amboise où nous avons profité de la piscine du camping et du centre ville très mignon avec son château royal et la Loire majestueuse.

Vaisselle équitable

Apres moultes negociations les 4 cousines sont mobilisées pour faire la vaisselle du soir. Il fait beau et chaud. Une dame du camping passe à côté et regarde en souriant la scène. Cest vrai quelles sont marrantes toutes alignées à faire leur vaisselle. Maëlle lui réplique : « on dirait qu’on est en Inde. » Tout le monde rigole…..

Festival de jardins et de vélos

Après 25 km vaillamment parcourus depuis blois : 1ère étape de repos bien méritée. Et oui ! Nous discutons de voyage à vélo avec un monsieur à la retraite en balade depuis 4 mois à vélo. France Espagne Portugal Maroc. « Je pédale je pédale comme les shadocks. Sans but précis. » Il a l’air très heureux et le partage avec nous. Ingrid rêve maintenant de retraite pour faire pareil. Mais c’est encore loin. Pas de bol.

Avec maelle et mami nous visitons le festival des jardins toute la journée… à pied. On se régale car tout le monde s’amuse à jouer avec les installations artistiques, touche, sent.

La seule qui aura fait du vélo aujourd’hui c’est Marjane qui va chercher à l’épicerie du village du jus de pomme pour l’apero et de la pate à tartiner pour le petit déjeuner.